circuit

Le Circuit Automobile de NOGARO, une piste mythique, un lieu d’accueil privilégié.


La Grande Histoire débute le 3 octobre 1960...


Pour la première fois le drapeau à damiers s'abaisse à NOGARO.

Au volant de sa Rainerie formule junior, Basini vient de boucler en vainqueur le dernier tour du nouveau circuit Paul Armagnac : 1732 m, pied au plancher. Pour lui, cette victoire marque la fin d'une course. Pour Nogaro, le début d'une histoire.

L'année 1968 voit la création d'une des compétitions automobile les plus reconnue dans l'hexagone : Les Coupes de Pâques.

Celles-ci ont vu gagner les plus grands pilotes en terres gersoises : Jean-Pierre Jaussaud, Jean-Pierre Jabouille, Dany Snobeck, Alain Prost, Yannick Dalmas, Jean Alesi, Erik Comas...

Aujourd'hui par la qualité de son organisation, Nogaro est devenu un haut lieu des compétitions professionnelles. Pour les pilotes comme pour un public toujours plus nombreux, le circuit Paul Armagnac, c'est le rendez-vous DES GRANDES ÉMOTIONS.

En 1973, la piste est allongée à 3120 m. Nogaro prend de l'importance ; de nouveaux talents s'y profilent. Parmi eux : Arnoux, Berger, Patrese.

En 1977, un inconnu, Alain Prost, remporte les Coupes de Pâques sur Formule Renault Europe.

En 1978, Nogaro accueille son 1er Grand Prix de France Moto, épreuve du Championnat du Monde. 4 années plus tard, en 1982, le Circuit accueillera une seconde fois l'élite mondiale de la moto.

Les sports mécaniques évoluent. Le circuit Paul Armagnac ne cesse d'embellir. Elargie à 12 mètres en 1987, la piste s'allonge encore en 1989 : 3636 m. Un tracé très technique auquel s'ajoutent des structures d'accueil en tout point remarquables (2007).